5 raisons d’essayer le jeûne intermittent pendant les fêtes de noël et comment le faire

Même si vous avez normalement une alimentation très saine, il est probable que vous ayez toujours tendance à abuser et à vous «laisser aller» pendant les fêtes de fin d’année. La plupart d’entre nous le font. Et entre Noël et Nouvel an, lorsque nous semblons passer plus de temps à manger qu’à travailler, il peut être particulièrement difficile de rester sur la bonne voie du poids idéal. Mais il est toujours possible de rester en bonne santé pendant cette période, et le jeûne, court, intermittent peut aider à passer ces fêtes de noël sans encombre.

Qu’est-ce que le jeûne ?

Le jeûne est défini comme la prise de pauses périodiques de l’alimentation, qui durent généralement jusqu’à 24 heures, une ou deux fois par semaine. Le jeûne présente de nombreux avantages pour la santé et cette pratique peut être utile pour prévenir l’obésité, améliorer les biomarqueurs de la maladie, réduire le stress oxydatif et préserver l’apprentissage et la mémoire, selon des chercheurs du « National Institute on Aging ». 

Bien que vous pensiez peut-être qu’il n’est pas pratique de jeûner pendant les vacances, la bonne nouvelle est que le jeûne intermittent permet de récolter facilement les avantages du jeûne sans vous priver. L’une des méthodes les plus populaires de jeûne intermittent est la pratique 16/8, qui consiste à jeûner pendant 16 heures (nuit incluse) et à ne manger que pendant les 8 heures restantes.

Toujours pas convaincu? Examinons 5 raisons spécifiques pour lesquelles vous devriez essayer le jeûne intermittent, en particulier pendant les vacances.

Le jeûne aide à contrer les effets de la consommation excessive de malbouffe

Comme travailler trop et ne pas prendre le temps de prendre soin de soi, manger beaucoup d’aliments lourds, riches en sucre ou transformés est en fait stressant pour le corps. Mais le jeûne peut améliorer votre capacité à vous adapter au stress en modifiant le fonctionnement de certaines cellules et hormones, ce qui signifie que vous serez en mesure de mieux faire face aux changements de sommeil, d’exercice et d’alimentation qui se produisent souvent pendant les vacances. Il a même été démontré que le jeûne augmentait la résistance aux maladies et soutenait les systèmes nerveux central, digestif et cardiovasculaire. 

Le jeûne peut aider à prévenir la prise de poids

Avec des biscuits, des gâteaux et des plats riches sur la table des fêtes de tout le monde, il peut être facile de prendre des kilos en un temps relativement court. Le jeûne est une approche pour rétablir la balance calorique mais surtout éviter la surproduction d’hormones liées au stockage et prévenir la prise de poids. Cela peut être plus gérable qu’un régime régulier et continu, car vous ne devez y adhérer qu’à certaines heures de la journée ou certains jours de la semaine.

Dans une étude, des adultes en surpoids qui ont consommé 20% de leur apport calorique normal un jour sur deux (un type de jeûne intermittent) ont perdu en moyenne 8% de leur poids corporel initial au cours de huit semaines seulement. 

Le jeûne soutient un métabolisme sain

L’une des choses les plus frustrantes est d’essayer de contrôler votre poids en limitant les calories. Le truc c’est que cette pratique peut ralentir votre métabolisme, vous laissant vulnérable à une prise de poids future. Cependant, des études ont montré que des périodes répétées de jeûne pendant de courtes durées au cours de la semaine peuvent apporter des avantages métaboliques aux personnes qui ont déjà perdu du poids. La recherche suggère que le jeûne contribue à la régulation métabolique via ses effets sur la biologie circadienne, le microbiome intestinal et les comportements de style de vie, y compris le sommeil. 

Le jeûne aide à prévenir le brouillard cérébral et la paresse

Le jeûne peut vous aider à garder votre énergie pendant les vacances et à d’autres moments chaotiques de l’année, lorsque votre emploi du temps est chargé et que vous préférez rester au lit. Comparé à un régime, et à un régime hautement transformé et riche en graisses, il a été démontré que le jeûne intermittent améliore réellement les niveaux d’énergie et la tolérance à l’exercice.

S’abstenir de toute nourriture pendant environ 12 à 16 heures, une fenêtre de jeûne typique implantée dans le jeûne intermittent, forcera votre corps à utiliser les réserves de graisse réservées pour l’énergie. Cela provoque la libération d’acides gras appelés cétones dans la circulation sanguine, ce qui a été démontré dans des études animales pour aider à la fonction cognitive, à l’amélioration de la structure cérébrale, à la protection de la mémoire et à l’amélioration de l’apprentissage. 

Le jeûne vous permet de rester concentré sur ce qui compte vraiment (indice: ce n’est pas la nourriture!)

Vous êtes-vous déjà retrouvé lors d’un repas de fête, « tenté » à manger et à boire en quantité déraisonnable? Restreindre votre fenêtre de repas peut vous forcer à garder votre attention sur d’autres choses que le bar ou le buffet, comme engager des conversations intéressantes ou rencontrer quelqu’un de nouveau. Relevez le défi en assistant à une fête d’entreprise ou à un autre type de rassemblement et en gardant votre objectif principal de profiter de la compagnie des autres.

Premiers pas avec le jeûne intermittent toute l’année et à noël

Tout d’abord, choisissez le type de jeûne qui vous convient le mieux. Comme mentionné, il existe plusieurs approches du jeûne intermittent, comme limiter votre «fenêtre de repas» à environ 8 heures par jour et le jeûne jusqu’à 16 heures. Vous pouvez également limiter votre apport calorique tous les deux jours à environ 500 calories. Avec un jeûne d’un jour sur deux , l’objectif devrait être de limiter les calories d’environ 60 à 70 pour cent en dessous des besoins estimés, ou de jeûner complètement.

Il est également important de savoir que le jeûne s’accompagne de certaines contre-indications. Si l’une des conditions suivantes s’applique à vous, ne commencez pas le jeûne sans en parler d’abord à votre médecin: diabète, maladie rénale, maladie du foie, trouble de l’alimentation, vous êtes déjà en insuffisance pondérale, ou vous êtes enceinte ou allaitez.

Comment gérer la période des fêtes de fin d’année ?

Depuis que je pratique le jeûne intermittent toute l’année, je ne me soucie plus des repas de fêtes ou des occasions qui se présentent pour manger et boire plus que d’habitude (avec modération).

Pourquoi ? Car je connais les mécanismes du stockage des graisses et même un apport calorique plus élevé que d’habitude ne me fera pas prendre énormément de poids.

Ces conseils permettront à certaines personnes de limiter la prise de poids pendant les fêtes, et pour d’autres à ne pas en prendre tout simplement.

Le premier conseil sera de limiter au maximum sur les autres repas « normaux », je veux dire hors repas de famille ou de fête, les aliments hautement transformés et les glucides. Cette catégorie sera probablement très consommées lors des repas de fête alors limitez cela afin de ne pas avoir de pics d’insuline élevés en continu, responsables du stockage des graisses.
Privilégiez des légumes, sous toutes leurs formes, du bon gras et des bonnes protéines.

Le deuxième conseil est d’essayez d’appliquer le principe du jeûne intermittent dès que vous le pouvez. Vous savez probablement quelle sera la fenêtre alimentaire lors du repas de noël par exemple et définissez une période allant de 12 à 18 heures avant et après ce repas sans manger. Juste boire de l’eau ou café/thé sans sucre.

Par exemple pour le réveillon de noël le 24 au soir, mon approche est de ne pas manger du tout de la journée. Je suis donc à jeun depuis mon dernier repas le 23 au soir. Et non, je n’ai pas de coup de barre, et je travaille.
Néanmoins, je sais que cela peut faire peur à beaucoup de personnes. Dans ces cas là, testez ce format quelques jours plus tôt.
Ou alors, ne prenez qu’un petit déjeuner le 24 matin. (Si possible avec peu de sucres). Sautez le repas de midi ou vraiment si vous en ressentez le besoin: un bouillon de légumes.

Souvent, nous sommes repartis le 25 à midi pour une nouvelle abondance de nourriture. Pas de panique. Sautez également le petit déjeuner, sauf si ce moment est important pour vous et votre famille.

Vous jeûnerez après le dernier gros repas. Vous pouvez aussi prendre 2 ou 3 jours (pas continus) entre noël et nouvel an ou vous ne prendrez qu’un repas dans la journée.

Vous avez compris le principe ?

Une alimentation transformée et riche en glucides et répétée trop souvent fera monter vos taux d’insuline.
L’insuline est l’hormone organisant le stockage du glucose sanguin en graisse.
Vous mangez > Vous stockez (je simplifie).
Vous ne mangez pas (après quelques heures de digestion) > Vous déstockez.
Plus vous mangez en continu, plus vos niveaux d’insuline restent élevés (stockage).

Ménagez-vous donc des périodes de repos digestif de plusieurs heures entre vos repas.


Une autre cause de sécrétion d’insuline pendant les fêtes (et en général) ? Le stress. (voir l’article à ce sujet ici).


Ce grand méchant stress est un facteur de prise de poids. Génétiquement nous sommes armés pour lutter contre un stress ponctuel.
Dans ces cas là, nous devons agir vite. Comme par exemple quand un enfant veut traverser la route alors qu’un chauffard arrive à toute allure. Il y a quelque chose en vous qui vous pousse à AGIR VITE: courir rattraper l’enfant.

Au niveau physiologique, votre corps met en place des processus pour cela, sans connaître le degré de stress, donc comme s’il jouait sa survie:
– Apport rapide de sucre dans le sang afin d’avoir de l’énergie immédiatement.
– Augmentation de la vigilance.
– Baisse du système de digestion (ce n’est pas le moment).
– Baisse du système immunitaire.

Peu importe les circonstances, pour lui vous devez agir dans l’immédiat. Mais aujourd’hui le stress est devenu chronique.
Le travail, les enfants, les finances, la santé et…. ce que vont penser les convives de notre repas de noël ou la préparation de ces fêtes sont toutes des sources de stress chronique.

En fait, vous activez en permanence les processus de stress mentionnez avant. Cela vous amène à des problèmes intestinaux, plus de chance de tomber malade et comme votre corps maintient en permanence un taux de sucre dans le sang élevé (et même sans manger), votre système est en mode stockage.

Le pire dans tout ça ? C’est que pour faire baisser ce niveau de stress, des hormones seront activées différemment pour vous apaiser en vous donnant envie d’aliments réconfortants. Car depuis tout petit, nous avons à disposition facilement ce type de « d’antidote » contre le stress. Et bien souvent ce ne sont pas des poireaux ou des navets qui nous soulagent mais des produits gras et sucré.

Ces mêmes produits qui font grimper en flèche vos niveaux d’insuline. Le serpent se mort la queue.

Que faire ? Plus facile à dire qu’à faire, mais il faut faire baisser ses niveaux de stress en solutionnant ses sources.
II existe des moyens autres comme trouver des activités qui ne vous font plus penser à vos problèmes, c’est propre à chacun: musique, lecture, bricolage, jeux, méditation, sexe… vous l’avez compris évitez la bouffe…

il existe aussi des exercices de respiration permettant de se calmer. Je recommande beaucoup cela qui permet de déstresser en 5 minutes.


Tout cela est présenté dans mon programme en ligne de perte de poids par régulation du système hormonal « Hormones Minceur Bellisport« .

En attendant, profitez sans culpabiliser de ces fêtes de fin d’année et avec ces conseils, vous serez sûr de ne pas avoir une attaque en vous pesant quelques jours plus tard.

PS: pour ceux et celles qui n’ont pas une alimentation très saine à la base, prenez double dose de ces conseils 🙂

Leave a Comment